Mieux vieillir grâce à l’ostéopathie

Mieux vieillir grâce à l’ostéopathie


Avec l’âge, le corps devient peu à peu plus douloureux : douleurs articulaires, douleurs musculaires… Ces souffrances sont parfois handicapantes et ne sont que partiellement diminuées par les médicaments. Consulter un ostéopathe peut être la solution pour mettre un terme à ces douleurs. Les maires peuvent donc favoriser l’implantation de cabinets d’ostéopathie dans leurs communes pour le mieux vieillir de leurs aînés.

L’ostéopathie ne fait pas de miracles : elle ne reconstitue pas les cartilages et ne fait pas rajeunir les articulations et muscles usés. Mais elle peut faire baisser la douleur et, par conséquent, la consommation d’antalgiques. Et pour les 75% de seniors qui souffrent de douleurs chroniques, ce n’est pas un détail ! Vieillir avec moins de douleurs, c’est un confort inestimable.

Il peut donc être utile de consulter un ostéopathe soit à titre préventif afin de diagnostiquer les faiblesses du corps et afin d’optimiser ses capacités, soit à titre curatif pour des douleurs anciennes ou récentes telles que des douleurs vertébrales, douleurs articulaires, névralgies, traumatismes, troubles du sommeil, troubles du transit…

Pour aider les seniors à vieillir sans douleur, les élus peuvent donc favoriser l’implantation d’ostéopathes sur leur commune. Certes l’ostéopathie fait toujours débat. Cette médecine « parallèle »qui consiste à prévenir les dysfonctionnements du corps par des manipulations reste décriée par la médecine traditionnelle. Le fait que ce soit une profession non réglementé ne l’aide pas beaucoup dans sa quête de reconnaissance. Mais nombreux sont les patients satisfaits des services de leur ostéopathe. Et si cette solution peut aider certaines personnes âgées à moins souffrir, alors il ne faut pas les en priver.

Il faudra juste, pour la commune, vérifier que l’ostéopathe mérite son appellation. Elle devra contrôler que le praticien ait une formation post-bac aux sur 5 à 6 ans minimum incluant une formation dans une clinique ostéopathique de 1000 heures minimum, un diplôme professionnel certifié de Niveau I et qu’il soit enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles. S’il s’agit d’un ostéopathe spécialisé en gériatrie, il doit également pouvoir justifier d’un diplôme ou d’un certificat de spécialisation obtenu dans un établissement agréé par les instances professionnelles syndicales ou académiques.

Une fois ces précautions prises, le maire pourra tranquillement favoriser l’installation du professionnel pour le bien être des seniors de la communes… et des autres !