Les maires et la problématique du logement des séniors

Les maires et la problématique du logement des séniors


Ils sont de plus en plus nombreux les anciens, les doyens, à peupler les villes et villages de notre beau pays. Que ce soit par obligation, par précaution ou par envie, ils prennent souvent, avec l’âge, la décision de déménager et de quitter ainsi la maison de leur vie. Ils se heurtent alors à des complications qui peuvent rapidement s’avérer problématiques en l’absence de solutions. Un véritable casse-tête pour les maires qui se doivent d’aider leurs séniors à se loger dans de bonnes conditions.

Déménager pour mieux vieillir

Souvent, le logement des séniors devient peu à peu mal adapté. Trop isolé, trop grand, trop cher à entretenir, pas assez fonctionnel, il devient compliqué pour le sénior de continuer à habiter dans sa maison ou son appartement et c’est avec regret qu’il doit quitter le logement d’une vie pour trouver un habitat plus adapté à son âge.

Trouver un logement plus adapté

Les séniors qui peuvent encore vivre dans un logement classique n’ont parfois pas assez de ressources pour louer un nouvel habitat plus fonctionnel ou plus proche de leurs proches. Leur retraite ne leur permet pas toujours de se conformer aux exigences pécuniaires des propriétaires et des agences.

Ceux qui ont de quoi payer, n’ont pas forcément plus de faciliter à signer un bail. Ils se heurtent en effet à un problème de discrimination dû à la loi Mermaz de 1989. Cette loi, censée protéger les retraités, interdit à un propriétaire de ne pas renouveler le « contrat en donnant congé (…) à tout locataire âgé de plus de soixante-dix ans ». Du coup, certaines agences et certains propriétaires préfèrent refuser les dossiers des séniors de peur de se retrouver bloqué avec leur locataire.

Dans les deux cas, il est difficile pour une personne âgée de changer de logement si elle n’a pas anticipé ses besoins.

Etre aidé au quotidien

Les séniors qui ne peuvent vivre sans aide ont également des difficultés à trouver une solution. Il est peu évident, et coûteux, d’embaucher une aide à domicile. Il est difficile de trouver une personne qui convienne et peut être plus difficile encore de la financer quand les besoins sont récurrents (plusieurs fois par jour, le week-end…).

Les maisons de retraites, plutôt destinées aux personnes réellement dépendantes, ne sont pas plus faciles d’accès. Les places sont difficiles à trouver, le coût est souvent élevé et la qualité de la prestation n’est pas toujours au rendez-vous. De plus, la plupart du temps, elles éloignent le sénior de sa région d’origine.

Quelles solutions pour le logement des séniors ?

Peu de solutions, donc, pour le logement des séniors. Il faut pourtant trouver des alternatives. Un bon compromis semble être la résidence services pour les séniors. Celle-ci étant dédiée aux séniors, ils ne peuvent donc pas être victimes de discrimination. De plus, une résidence séniors est parfaitement adaptée à l’âge de ses locataires avec parfois, comme dans les résidences Sairenor, des équipements de haute technologie qui facilitent la prévention et la sécurité des séniors.

Autre possibilité, la résidence inter-générations. Elle permet de retrouver ce bon vieux temps où les jeunes prenaient soin de leurs aînés. Les séniors et les jeunes vivent ensemble dans un logement adapté pour le bien-être de tous.

Ce sont ces solutions qui doivent permettre aux séniors de quitter leur ancien logement pour trouver un habitat plus adapté et éviter ainsi les accidents ou l’isolement. Nul doute que les maires sauront favoriser ces projets pour offrir une alternative crédible à la problématique du logement de leurs séniors.