Le double enjeu de la Silver Economy

Le double enjeu de la Silver Economy


Le 24 avril 2013, Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif, et Michèle Delaunay, Ministre Déléguée Chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, procédaient au lancement de la Silver Economy. Derrière cet anglicisme mystérieux se dissimulent en fait deux enjeux majeurs pour notre société : le bien-être de nos seniors et le développement économique qui peut en découler.

En effet, l’avenir des personnes âgées, de plus en plus nombreuses dans notre pays, est une problématique à laquelle le gouvernement doit apporter une réponse rapide : dépendance, mieux vieillir, santé, logement, pouvoir d’achat, discrimination, fracture sociale… Le chantier est vaste et il est certain que nos dirigeants ne pourront s’y atteler sans s’appuyer sur les forces vives de notre économie : les entreprises. Par leurs innovations, par leur volonté affirmée de répondre aux besoins de ce nouveau marché, les entrepreneurs français, soutenus par le gouvernement, doivent devenir les acteurs majeurs de cette nouvelle filière : la Silver Economy, allusion sympathique aux tempes grisonnantes de nos ainés qui sont bien différents des papis du siècle dernier.

Car les seniors d’aujourd’hui, papy boomers issus du baby boom, souhaitent vieillir dans les meilleures conditions. Ils ont envie de rester en forme et de profiter de leur âge d’or. Et ils savent que les évolutions technologiques développées par les entreprises peuvent les aider à atteindre cet objectif. Pour les entrepreneurs, c’est donc une nouvelle filière qui s’offre à eux et qui pourrait créer de nombreux emplois dans les années à venir. C’est pour cela que le Ministre en charge du développement économique et la Ministre en charge des seniors marchent aujourd’hui main dans la main. En effet, la Silver Economy est une autant aubaine pour l’économie (ce secteur propose 12% de taux de croissance par an aux Etats-Unis) que pour nos ainés. Et si l’on peut allier bien-être des personnes âgées et développement économique, il serait dommage de s’en priver. C’est toute une société qui pourrait en bénéficier, satisfaite de cette nouvelle vie offerte à ses seniors et de cette nouvelle économie offerte à ses actifs. Et si cette économie argentée était en fait une poule aux œufs d’or ?