Comment développer l’économie des seniors en France

Comment développer l’économie des seniors en France


A la demande de Michèle Delaunay, Ministre Déléguée Chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, le CREDOC a rédigé un rapport sur les possibilités de développement de l’économie des seniors en France. Une synthèse qui propose des solutions aux entreprises et aux pouvoirs publics afin de mieux aborder ce marché en pleine expansion. Objectif : combiner développement économique et bien vieillir. Un enjeu majeur pour les années à venir.

La Silver Economie, expression qui désigne l’économie liée aux personnes âgées, a le vent en poupe. Portée par Arnaud Montebourg, elle a l’avantage de combiner développement économique et bien-être. En effet, elle représente une opportunité unique d’améliorer le quotidien des seniors grâce à l’innovation, tout en permettant à des entreprises françaises de profiter de ces marchés émergents pour se positionner immédiatement en tant que référence dans ces secteurs porteurs. En effet, « plus d’un tiers de la population française a plus de 50 ans », note le rapport. En 2030, les plus de 50 ans pourraient constituer 50% de la population soit 1 français sur 2. Il n’est plus question pour les pouvoir publics et pour les entreprises de les ignorer ou de ne pas leur accorder la considération qu’ils méritent car, comme le précise le CREDOC, leur niveau de vie est supérieur à celui des générations précédentes mais également à celui des générations à venir. Ils consomment plus que les seniors des précédentes générations et moins que ceux des générations suivantes.

Il semblerait donc qu’il ne faille que se baisser pour récolter cet argent dépensé par nos seniors. Et pourtant, tout n’est pas aussi simple. En effet, à partir de 65 ans la consommation des seniors chute brusquement. La baisse de consommation de loisirs et de transport s’explique par la perte de mobilité ainsi que la consommation qui nécessite un déplacement (commerces). La baisse est également due à l’accumulation (ils disposent de produits en quantité suffisante), l’incompréhension (obligation d’apprentissage pour faire fonctionner les nouveaux produits) et l’inadaptation des produits à leur âge et à leurs capacités physiques.